mes amis, mes emmerdes : merci d’être là

Ca fait déjà un moment que le sujet tourne en boucle dans ma tête, quelques semaines que j’ai envie de poser les mots ici. Dans la vie quand tu te sépares/divorces après des années de vie commune et des schtroumphs dans tes bagages, je ne vais pas te leurrer c’est pas simple. Tu as généralement construit ta vie de couple, de famille avec des amis en couple avec des nains, t’as bien quelques célib dans tes soirées mais la majorité de ton temps tu le passes en troupeau avec des kids, ou mieux tu les refourgues à une nounou ou aux grand-parents pour te « libérer » du temps pour toi pour quelques fiestas. Tes vacances c’est en famille, tu charges la Volvo pour nous (Pigeot, Renault, Merco, Honda, raye la mention inutile) et tu retrouves amis et potes des enfants en vacances. Surtout quand ils sont petits que tu dois gérer les siestes etc … autant se faire chier s’éclater en groupe.

Alors forcément quand tu te sépares au bout de nombreuses années de vie de ménagère rangée des voitures (poke @leonor_de_b j’adore cette formule), ta cellule famille/amis en prend un coup dans l’aileron. Tu te raccroches aux branches, dans ce Koh Lanta de ta nouvelle vie, tu essayes de survivre en terrain inconnu. La vie seule je ne connaissais pas avant juillet et j’ai 43 ans. Euh oui j’ai passé 20 ans avec le même homme et avant j’ai jamais été célib plus de …. euh 15 jours allez un mois ! Et puis je vivais chez papa, j’avais pas de nain à charge, j’étudiais, bref tu vois quoi c’est différent. Désormais j’intègre la version mère de famille, MILF, celibattante et working girl. Je ne joue plus dans la même cour.

D’une vie de famille bien remplie, un mari, des nains, un crédit sur 20 ans pour une maison en banlieue, une carte de fidélité carrouf, un SUV pour charger le cheptel, je suis passée il y a 4 mois à seule avec des kids. Comme beaucoup de gens, le truc te tombe dessus vers 40 ans, tu l’as à peine venu venir. Divorce, avocat, vente de la maison, recherche d’appart, garde alternée, prestation compensatoire … ses maux que tu pensais réservés aux autres viennent hanter tes jours et tes nuits.

Puis est arrivée la période euphorique, le plaisir de la liberté retrouvée, l’énergie débordante, l’envie de vivre et revivre tout simplement. Qui a fait dire à certains de mes amis « elle a rencontré quelqu’un, tu ne trouves pas qu’elle est resplendissante dépuis qu’elle s’est séparée » … oui ne rougis pas toi qui me connais, avoue que tu y as pensé.

Après l’euphorie des débuts, l’installation, les vacances, la rentrée, l’énergie débordante est retombée. Sans prévenir la garce, elle s’est barrée et a laissé place au constat d’échec d’une vie construite depuis 20 ans autour d’un schéma traditionnel, celui qu’on nous inculque dès notre plus jeune âge.

Casser le schéma, se reconstruire, seule avec deux marmots accrochés à mes basques, pour la vie et un ex-mari sur lequel je dois compter et composer avec pour les élever, voilà ce qui me motive et me déprime parfois. Et c’est là que je compte mes amis en couple sur les doigts de mes 2 mains.

Oui les célibataires, les séparé(e)s, les veufs/veuves y’a zéro souci, j’ai même découvert de nouvelles têtes et ça me fait du bien. On sort, on boit des coups, on dîne au restau, ou à la maison, on va en boîte jusqu’au bout de la nuit (poke à ma copine Vanessa). Oui si tu m’avais dis il y a deux ans que je retournerais sur les lieux de débauche de la nuit où j’allais quand j’avais 25 ans, je t’aurais rigolé au nez.

C’est plus au rayon amis en couple, que le bât blesse. Comme si le fait de briser la cellule familiale (couple + enfants + monospace + maison) m’avait changée à tout jamais et fait de moi une paria, comme si j’étais devenue une reine de la nuit qui ne pensais qu’à faire la bringue ou batifoler. Oui j’exagère c’est mon côté sang du sud ça.

J’ai bien sûr mes vieux potes de toujours, ceux qui sont là quand tout va comme quand tout ne va pas. En fait ils sont pas nombreux ces couples qui ne me lâchent pas et me lâcheront jamais, que je peux appeler pour une soirée beuverie, refaire le monde ou faire un break au vert en Normandie. Ils se reconnaîtront s’ils lisent ce billet. Evidemment 25 ans d’amitié, parfois moins, c’est pas mon divorce qui leur fait peur et je les aime pour ça et bien plus encore parce qu’ils sont mes amis pour la vie et leurs conjoints respectifs également. Coup de blues ? Viens à la maison. Coup de mou, besoin de repos ? Viens à la campagne blogdel, profite on est là.

Et puis au rayon amis en couple, il y a ceux qui disparaissent. Je ne les vois plus, mon ex non plus. Je pense sincèrement que notre séparation a remué un truc « pourri » dans leur propre vie de couple, dans leur routine, au bout de tant d’années de vie commune. Je ne juge pas, je constate. Mais ceux là ne me manque pas. Je veux pas être le nombre impair qu’on se sent obligé d’inviter en soirée, le boulet qu’on traîne et qu’on essaye de caser avec le celib qui traîne. Non ça va, je me débrouille seule, évitez-moi les plans pourris.

Et les couples de copains qu’on s’était fait ensemble ? Ceux là sont partagés, partagés entre lui et moi mais parfois pas. Là je pense à des couples d’amis qu’on a connus par les enfants. Tout dépend du degré d’amitié, mais je sais que je peux compter sur UN couple, débarquer à l’improviste, qu’ils m’accueilleront à bras ouvert. Et en plus qu’ils feront de même avec mon ex. Et ça me plaît, pas besoin de choisir entre lui ou moi.

Ce qui me plaît aussi dans cette nouvelle vie, c’est de pouvoir compter sur de vieux amis, seul(e) ou en couple, que je retrouve après quelques années, voir de longues années d’absences. Des potes divorcés, une amie d’enfance qui veut me changer les idées …

L’essentiel pour moi c’est de rester entourée des meilleurs, de faire le tri, de faire le ménage dans les amis/connaissances pour profiter de ma nouvelle vie . Et ça c’est fait, tu vois en à peine un an, je sais déjà sur qui je peux compter.

Et merci d’être là pour ces moments moins joyeux de ma vie et ses franches rigolades également. Hasta luego.

Publicités

5 réflexions sur “mes amis, mes emmerdes : merci d’être là

    • missblogdel dit :

      Les enfants ont 7 et 10 ans ils ont d’abord pleuré digéré puis encaissé ka séparation. Même si c’est pas simple il vaut mieux des parents séparés et heureux qu ensemble et aigris qui finissent par se séparer. J’ai évoqué l’annonce aux enfants en mars sur ce blog dans un précédent billet

      J'aime

      • Henri dit :

        Merci. Nous faisons un point entre ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas dans le couple. Nous avons un enfant, je fais plein de chose avec lui ce qui rempli de bonheur, j’adore le voir grandir et j’ai carrément peur de devoir tout abandonner

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s