oui j’ai lu le bouquin de Valérie Trierweiler

T’imagines toi apprendre par un communiqué de presse laconique que ton mec te quitte ? Tu imagines toi qu’en plus d’être la risée du monde entier tes potes et relations pro te SMS ce jour là pour te réconforter ou pas ? T’imagines que non content de te larguer ledit mec se tape une femme du show biz depuis des années déjà ? T’imagines que la rumeur courait des couloirs de l’Elysée aux rédactions parisiennes et même en province et qu’elle t’es même arrivée aux oreilles ? T’imagines juste que t’es le dindon de la farce et qu’en plus ce mec là c’est le Président de la République pas Jean Luc de Sarcelles (j’ai rien contre Sarcelles je ne connais pas) ?

Alors voilà j’ai lu le livre de Valérie Trierweiler parce qu’on me l’a envoyée et parce que je voulais connaître l’histoire, son histoire, pas celle des coulisses du pouvoir, je m’en tape de ses conseillers de l’Elysée, de leur appart de la rue de Cauchy, des coulisses du pouvoir, ce qui m’intéressait juste c’est l’histoire de cette fille sortie de sa ZUP d’Angers, devenue journaliste politique et amoureuse de celui qui deviendra Président de la République puis humiliée comme dans un mauvais feuilleton digne d’une série B sur M6.

Et détrompe toi, Merci pour ce moment, tout le monde s’en est moqué, à dit qu’elle faisait ça pour se faire du blé, que c’était une grande manipulatrice.
Mais « merci pour ce moment » c’est précisément l’intitulé du SMS qu’il lui a envoyée après leur première nuit et le fameux baiser de Limoges. Perso se faire emballer à Limoges c’est du lourd, y’a plus romantique que. Limoges (je ne connais pas Limoges non plus mais à part sa porcelaine Limoges ça vend du rêve).

Merci pour ce moment c’est un peu le Voici que tout le monde lit en cachette chez le coiffeur et dont tout le monde va se moquer, dire que c’est mal écrit parce que ça se fait de dire qu’elle écrit avec ses pieds.

Et tu vois a la lecture de ton bouquin, j’ai envie de dire bravo Valoche mais comment t’as pu tombé aussi bas. Non parce que franchement t’as tout pour toi, la classe, la beauté, t’aurais pu te faire les plus beaux mecs de la finance ou même Arnaud Montebourg ou Francois Baroin (rien que pour sa voix pas pour ses idées), comment t’as pu tombé amoureuse de ce goujat qui t’as ridiculisée aux yeux du monde entier. L’amour est aveugle et le pouvoir rend beau, je ne vois que ça. Ceci dit tu y a cru à ce mec, tu l’as dans la peau, tu as senti le coup de foudre venir et même Ségolène l’a senti l avant même que vous vous rouliez des galoches comme deux adolescents à Limoges (arf Limoges faudra que j’aille y faire un saut, si c’est un spot à amoureux). Les femmes sentent ce genre de choses et je fais confiance à Ségolène pour avoir vu le coup venir.

Tes années de journaliste politique à le fréquenter, son charisme (ah bah oui pas ses costumes que tu as refilé à des associations caritatives pour le relooker), sa culture, son ambition, tu as tout aimé chez cette homme, au point de quitter un mari brillant et des enfants. Au point de vivre dans l’ombre pendant des années, comme une inconnue lors de certains meetings, comme une figurante en représentation journalistique, comme une fan pour éviter que ses enfants te fustige.

Et puis il y’a eu la campagne présidentielle, tu as senti que tu le perdais déjà un peu, qu’il te faudrait prendre rdv avec Le Foll pour le voir, que tu n’étais plus qu’un élément du décor, ça t’as rendu dingue et je te comprends. Un élément de son décor de présidentiable (Cécilia s’est barrée avant pas folle la guêpe), que ce rôle de première Dame ne te collait pas, mais que tu as du abandonné le journalisme politique pour t’y adonner avec entrain par amour pour lui.

Amoureuse folle tu as été, amoureuse tu l’es encore même après le coup de pute qu’il t’a fait. C’est facile de rire ou de faire du fric sur le dos d’une femme trahie, la presse people s’en ait chargée pour toi.

Comment tu vas te reconstruire après cette rupture ? Comment tu vas pouvoir sortir dans la rue sans qu’on te plaigne ou qu’on rigole. Franchement j’aimerais pas être toi Valoche, j’aimerais pas être cette femme, humiliée, trahie, trompée et livrée aux paparazzis comme à une meute de chiens sauvages qui cherchent à te traquer comme ils ont traqué. François et Julie Gayet ou le chauffeur qui portait des croissants au petit matin, rue du Cirque. Comment peut on être aussi con que l’a été FHpour se gauler comme un débutant ?

C’est le quotidien des personnages publiques mais je ne vous envie pas, j’imagine juste l’enfer de sortir de chez toi avec une sale tronche et d’avoir ses photographes en embuscade prêt à tout pour zoomer ta gueule de déterrée à la sortie de l’hosto. J’imagine le choc que tu as eu en voyant la photo de ton François sur son scooter comme un banal mec qui va rejoindre sa maîtresse, alors qu’il gouverne la France. Quel con ce con !

Mais tu vois ce qui m’a touchée dans ce livre c’est que c’est celui d’une femme raide dingue amoureuse de ce petit gros mal sapé qui préside la France. Que toi, cette femme qu’on a qualifié de grande manipulatrice se retrouve sous médocs et à grands coups de psychanalyse pour sortir de cette relation, de cette rupture violente et avec ce mec que tu croiseras à chaque coin de rue, chaque kiosque de journaux, à chaque fois que tu regarderas le JT. Bref c’est pas gagné, l’industrie pharmaceutique et les meilleurs psy de la planète vont avoir du mal à te faire oublier cet homme. L’asile politique me semble la seule issue, à Madagascar ou ailleurs.

Et quand tu penses qu’après t’avoir fait le coup du mec en scooter qui se fait porter des croissants chez sa maîtresse par son chauffeur, il espère se faire pardonner à coups de SMS ou de bouquets de fleurs dans tous les endroits de la terre où tu te rends, mais moi je dis RÉSISTE Valoche tu mérites mieux que ce mec que tu as aimé, aidé, pour lequel tu as sacrifié ta carrière de journaliste politique pour devenir première potiche de France.

Nan sans déc. Je ne suis pas outrée que tu te fasses du blé en publiant un pamphlet sur ton histoire avec François, que tu règles tes comptes dans un livre, parce que ton métier de journaliste c’est toute ta vie et que j’ai toujours pensé que l’écriture était un exutoire à nos vies parfois compliquées et permettait de sortir des épreuves de la vie. Écrire pour oublier, écrire pour s’en sortir. La tienne est la pire histoire qu’il puisse arriver à une femme. Le monde à le droit de savoir que tu as souffert, que tu souffres encore et que tu souffriras longtemps de cette histoire.

Je te souhaite plein de bonheur dans ta future vie.

Édit : perso je refilerais beaucoup de pognon des droits d’auteur à une œuvre caritative voilà c’est dit

Édit 2 : je vais me faire un Katherine Pancol pour décompresser de cette lecture douloureuse, Muchachas par exemple

Publicités

3 réflexions sur “oui j’ai lu le bouquin de Valérie Trierweiler

  1. Bertrand dit :

    J’ai bien aimé ton article, effectivement, vu comme çà, les choses sont différentes. Mais de là… à lire du Pancol, c’est vraiment être sans pitié avec soi-même.
    Prends plutôt un Jim Harrison, « La Fille Du Fermier », et en plus c’est beau.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s