moi aussi je traine des casseroles *billet avec du moi dedans

J’ai lu récemment http://maviematerielle.com et le billet de Leonor de B et d’un coup j’ai arrêté de me la jouer cool, genre tout va bien la vie est belle et je vis bien ma séparation. Oui je sais comme m’a dit une amie « tu es une grande menteuse, tu ne te dévoiles pas, tu es cette fille capable de faire la folle en soirée et mettre une couronne sur ta tête ». C’est vrai je le fais pour faire rire mes amis et parce qu’ils sont ce que j’ai de plus précieux après mes enfants, dans cette douloureuse épreuve de la vie.

20 ans avec Brad c’est pas rien, c’est la moitié de ma vie … Ce sont des millions de bons souvenirs, des projets d’avenir que j’ai mis dans un coin de ma tête pour aller de l’avant et me reconstruire.
Du jour au lendemain ou presque j’ai rayé de ma vie les projets les plus fous que nous avions, nos vingt ans de vie commune, nos partages et nos échanges pour vivre seule. Seule je n’avais jamais vécu. Au début c’est fantastique c’est l’euphorie tu vis à 100 à l’heure.

Je vais bien, je vis bien, je suis installée dans un appartement qui me plait, que j’ai décoré avec goût et d’un coup d’un seul je n’ai plus rien à faire, si ce n’est cogiter, penser à mes enfants, à leur avenir, au mien. Et c’est là que les vieux démons surgissent, envahissent mes nuits et viennent me rappeler que comme Leonor, je traine des casseroles.

Parce que voilà à 20 ans, je ne suis pas la même femme qu’à 43, je suis capable de passer du rire aux larmes, de la joie à la tristesse sans vraiment savoir pourquoi. Enfin si je sais … 20 ans ça ne s’oublie pas en trois mois, 20 ans à se reposer sur l’épaule d’un homme avec des preuves d’amour c’est beau, c’est reposant, c’est une belle histoire, c’est une histoire que je n’oublierai jamais et que j’ai peur de ne jamais revivre. Et du jour au lendemain, fin juin, je me suis retrouvée propulsée seule dans une nouvelle vie avec deux beaux garçons à charge qui me font comprendre chaque jour que je n’ai plus 20 ans.

Récemment lors d’une soirée girly, mes copines mariées m’ont demandée alors « épate nous raconte nous ta nouvelle vie de célib, tu sors tous les soirs quand tu n’as pas tes nains ? » Et là j’ai répondu « non je ne sors pas tous les soirs, je vis bien, je sors quand j’en ai envie, je vais dans des bars, des boîtes avec ma copine Vanessa, je rentre quand j’en ai envie, je bouffe n’importe quoi sur la table basse et si j’en ai envie je laisse traîner mes pompes dans le salon et j’ai pas un mec qui ronfle à mes côtés ». Ça c’est le bon côté des choses, cette liberté retrouvée que j’aime. Je dors en travers dans mon grand lit, comme une conne au début je dormais du côté droit comme s’il était toujours à côté de moi et un jour j’ai découvert que je pouvais dormir en travers si je voulais. Mais en vrai je voudrais dormir dans les bras de quelqu’un que j’aime et qui m’aime et ça c’est pas gagné. Parce que oui je traine des casseroles j’avoue.

Sauf que tu vois la vraie vie à 43 ans c’est pas de faire la bringue tous les soirs, même si ça a du bon de se sentir libre, c’est pas toujours funky de rentrer et de se retrouver seule avec soi même certains soirs. Oui je suis une grosse menteuse, oui je ne te dirai jamais quand ça va mal, mais je suis contente de pouvoir compter sur les mêmes amies quand j’ai des coups de blues.

Parce que oui je ne suis pas Wonder Woman, je ne suis pas cette femme infaillible capable de mener avec brio (encore et toujours ce fameux brio comme un leitmotiv à ma nouvelle vie) la vie d’une maison seule et des soirées arrosées en permanence. J’ai mes failles et mes faiblesses, j’ai parfois envie de calme, de câlins et de partager autre chose qu’un bon verre de Champagne ou de pinard avec des potes.

Je suis une fille et une fille c’est compliqué. Voilà tu sais que moi aussi comme Léonor je traine des casseroles et que j’ai peur, peur de la vie après une rupture, peur de ne pas réussir avec mes enfants, peur de ne pas concilier travail, vie de maman et ma nouvelle vie de femme celibattante avec ses angoisses existentielles.

Je vais y arriver je le sais, mais le chemin sera long.

Publicités

8 réflexions sur “moi aussi je traine des casseroles *billet avec du moi dedans

  1. Carole Nipette dit :

    C’est le contraire qui serait étonnant… ce ne sont pas des casseroles, juste la vie et je suis sûre que tes amis le savent au fond que tout n’est pas aussi idyllique que les apparences… je te souhaite que tes casseroles soient bientôt remplies de bonnes choses tendres et chaleureuses… mais prends aussi le temps d’être disponible dans ta tête pour la suite, d’être prête pour retrouver toutes ces sensations, en passer par ces « casseroles » est peut être nécessaire pour se retrouver totalement libre d’aimer et d’être aimée à nouveau… plein de bises

    J'aime

  2. Lycanne dit :

    Je ne sais pas où tu en es depuis que tu as écris cet article, mais oui je te confirme la route est longue. Et même quand on se croit prête, avec un nouvel amour, la route est encore plus sinueuse qu’avant. Il y a la peur qui nous met sur la défensive, il y a les choses qu’on n’accepte plus, il y a un ptit côté warrior qui s’instaure.
    Je ne serai plus jamais celle qui se met en couple comme à 20 ans, maintenant je mets une montagne entre lui et moi pour ne pas subir de déception. Et surtout je garde en tête à tout moment que je peux partir. Parce que partir, j’ai déjà eu ce courage, et maintenant je sais que c’est ma force.
    Dommage… parce que je ne ne suis pas sûre que ça concorde à la réussite du couple. Mais bon… on fait ce qu’on peut !
    bisous 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s