nostalgie bis

Pas une semaine sans penser à elle, me dire que j’aimerais entendre sa voix, lui parler de mes fils qui grandissent, de mes amies, surtout celles qu’elle connaît, du livre que j’ai commencé à écrire et même de tout et rien. Rire de l’entendre me dire « vous faites bien comme vous voulez », cette phrase qu’elle répétait sans cesse, comme un leitmotiv, une ode à la vie et à la tolérance. Rire de l’entendre rire aussi. J’aimais d’amour cette femme, j’en ai déjà parlé ici. Bientôt deux années ont passé depuis ce billet, elle me manque toujours. Je pensais que le temps me ferait l’oublier, je n’arrive pas à m’y résoudre. Le chagrin reste présent au fond de moi, enfoui dans un coin de mon cerveau. Il ressort souvent, même cinq ans après le décès de ma grand-mère. La vie continue mais on oublie jamais vraiment ceux qui ont compté et qu’on a aimé.

Publicités

4 réflexions sur “nostalgie bis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s