carnets de vacances, épisode 5 – une amie fabuleuse

Je ne sais pas ce qu’aurait été ma vie sans cette rencontre, je n’ose l’imaginer. Elle est comme la sœur que je n’ai pas eu, mon amie, ma confidente. Elle est fabuleuse, belle et drôle, vachement drôle, un humour noir, parfois cynique. Mais je l’aime !

On s’est connu au lycée, en première. On avait un cours d’espagnol en commun. On se détestait cordialement, elle se foutait de moi en douce et je n’aimais pas sa grande gueule. L’année suivante on était copines comme cochons, on faisait les 400 coups ensemble, on trainait au café en face du lycée le jour, au bar américain le soir, on révisait notre bac chez moi et on partait en vacances au Portugal toutes les deux comme des grandes.

Après j’ai passé toutes mes vacances avec elle, seule ou avec des amis, cousins ou cousines : ski, îles grecques, campagne, Var chez ma grand-mère … des moments inoubliables, on en rigole encore 24 années plus tard.

La vie nous a séparées une année, elle est partie comme fille au pair en Irlande, pour fuir un destin familial tragique, décès de son père et d’un frère coup sur coup. J’ai cru que notre amitié n’allait pas résister à la distance, elle en est ressortie renforcée. Pendant cette année irlandaise, comme on aime l’appeler, nous avons échangé par lettres, à l’époque pas d’e-mail, juste des lettres de 6 à 10 pages pour se raconter nos vies respectives. Cette même année, j’ai rencontré Brad, coïncidence ou pas, je ne sais pas. Je lui ai présenté à Noël et je sais qu’elle a tout de suite compris, elle, que ce n’était pas un mec de passage dans ma vie.

Depuis elle a toujours été présente à mes cotés, dans les bons et les mauvais moments de ma vie, témoin à mon mariage, de mes galères pour tomber enceinte à la maladie de mon père ou au décès de ma grand-mère, j’ai toujours pu compter sur elle. Une amie, une vraie, celle pour qui j’irai au bout du monde s’il le fallait pour l’aider.

Forcément quand elle est venue s’installer dans la même ville que moi l’été dernier, avec son mari et ses jumeaux de 2 ans, on s’est vu encore plus que d’habitude. Cet été, nous avons même passé une semaine ensemble avec nos petites familles respectives. Comme un goût de déjà vu, 24 années plus tôt, un peu plus de responsabilités à gérer mais de bons moments passés ensemble, encore et toujours !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s