en vrac

Allez hop un petit billet décousu, un peu comme ma tête en ce moment, pour changer. Et avec une photo qui n’a rien a voir. T’as gagné le gros lot !

C’est drôle comme ils me manquent quand ils ne sont pas là et comme au bout de deux jours ils m’ont épuisée. J’aime mes fils, je les adore, j’en ai déjà parlé mais j’ai besoin de cette bouffée d’oxygène qui fait qu’à chaque vacances scolaires je profite d’eux une semaine avant de les abandonner laisser une semaine à mes parents. Les congés avec eux ça permet de partager plein de choses, de passer du bon temps, de les voir grandir, de les voir s’épanouir, de les voir sourire, de leur faire deux fois plus de calins, bref de profiter d’eux tout simplement et j’aime ça. La semaine sans eux de décompresser, de vivre comme avant sans contrainte horaire, de sortir, de voir des amis, d’aller au ciné, de faire du shopping et de se retrouver à deux, j’aime ça aussi. J’ai besoin de cet équilibre, de concilier ma vie avec eux et ma vie sans eux. L’une ne va pas sans l’autre, j’en ai besoin pour m’épanouir.

Au rayon soirées arrosées j’ai pas mal donné pendant leur absence. Resto et soirées entre potes, apéro de twittos, soirées entre cousins. Côté shopping je pense que mon banquier va me détester, une paire de pompes à talon, un sac à main et un jean slim en plus dans mon dressing. Et je pars à Madrid dimanche. Bon je suis tristesse y’a pas de Topshop à Madrid, ça m’empêchera pas d’aller trainer les boutiques et les bars à tapas avec ma cop’s DQJM que j’ai pas vu depuis … un an, si je compte bien. J’ai hâte, tu me manques ma poule (pleure pas en lisant j’arrive dimanche).

Côté tristesse, j’ai eu mon lot. On a enterré un oncle que j’avais pas vu depuis vingt ans. Ce qui m’a fait voyager dans un corbillard, une expérience inédite, passer du temps avec ma cousine de Nice que je ne vois pas assez, on a été élevé ensemble. J »ai aimé son regard quand elle m’a vue alors qu’elle ne s’y attendait pas vraiment, pensant que j’étais encore en Grèce. Et également mon cousin pour qui je ne suis pas assez disponible alors qu’on habite à moins d’un kilomètre. Bref on s’est rattrapé et on même réussi à bien rire ensemble, alors qu’on était dans des circonstances plutôt tristounes. La vie a fait qu’on a pas besoin de se voir souvent, qu’on se connait mieux que personne et que quoi qu’il arrive on peut compter les uns sur les autres tous les trois. Ca aussi j’aime, ils sont le frère et la soeur que je n’ai pas eu.

Voilà sinon pour finir j’ai vu le Prénom, un film où il est question de prénom d’un bébé à naître. Le père, agent immobilier de droite fait croire à sa soeur et beau-frère, profs de gauche qu’il appelera son fils … Adolf. C’est drôle, on se marre. Et j’ai repensé au choix de celui de mon premier fils. Moi j’avais fait croire à une amie qu’on l’appelerait … Amédé(e) en lui disant que c’était mixte et que j’aimais bien. Elle avait manqué de s’étouffer et appeler des amis à nous pour leur en parler. En vrai on l’a appelé Oscar, il est beau comme un coeur. Beau comme un coeur, tiens ça me fait penser au compliment qu’on m’a fait hier en me disant que j’étais « belle comme un coeur et intéressante ».

La boucle est bouclée. Ah oui décousu le billet je t’avais prévenu 😉 Je reviens avec un vrai billet promis.

Publicités

4 réflexions sur “en vrac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s