nostalgie quand tu nous tiens

Et oui toutes les bonnes choses ont une fin. Je suis de retour à la triste réalité après 7 jours à Rhodes sous le soleil.

Je rentre … tadam … il pleut des cordes genre déluge. Marine Le Pen caracole avec ses presque 1 électeur sur 5 qui a voté pour elle, les boules ! Enfin pas de quoi me faire oublier que j’ai passé de supers vacances avec Brad et mes nains. Et que je repartirai bien, plutôt que d’aller bosser ce matin …

J’ai aimé retrouver cette nonchalance grecque qui a bercé toute ma jeunesse. La Grèce et moi c’est une longue histoire. Premier voyage à 5 ans, avec traversée jusqu’au sud de l’Italie en 4L verte avec siège en skaï, love-boat de compet’ avec piscine et disco-night fiever pour rejoindre une île grecque, Zante, Zakynthos pour les grecs. J’y ai passé quatre étés fabuleux avec mon père, ma belle-mère et leur bande de copains.

Y’avaient des tortues géantes qui venaient pondre leurs oeufs sur la plage la nuit, quand t’es nain c’est juste féérique. Mon père et ses potes faisaient la fête et mes cousins et moi on s’éclatait avec une tripotée de gosses, ambiance post-soixante-huitarde je te laisse imaginer le côté peace & love des vacances.

S’en sont suivies de multiples séjours estivaux en Grèce … dans les Cyclades, le Dodécanèse, les Sporades, le Péloponèse, avec mon père, puis avec mes copines et ensuite avec Brad. Dernier voyage en Grèce, été 2002, 2 ans avant les JO d’Athènes. 10 ans déjà ! Et pourtant j’ai retrouvé de multiples souvenirs de mes vacances chez les grecs.

Tour d’horizon de ces petits riens qui font de la Grèce ce pays fabuleux de ma jeunesse :

– les papadopoulos, ces espèces de BN grecs dont mes parents nous gavaient enfant, y’en avaient au chocolat, à la fraise et à la vanille. Comme une bonne-mère qui reproduit le schéma, j’en ai donné à mes nains, ils ont aimé,
– la musique grecque dans les tavernes,
– le sirtaki, cette danse étrange à pratiquer bourrée
– l’ouzo Mini, celui avec une danseuse de sirtaki dessus, le meilleur, celui qui a bercé mes premières cuites,
– les odeurs de pétrolette qu’on louait avec Brad, ces scooters dont la Grèce a la secret. J’en garde des souvenirs mémorables de pannes, de chutes et même de m’être cramée une jambe une fois,
– les cafés frappés, j’en boirais sur la tête d’un pouilleux, faut dire que le café grec c’est pas bon,
– côté bouffe, mon pêché mignon c’est la moussaka, la bonne hein, qu’il fasse 40 degrés ou 22, j’en mange. J’aime aussi dans le désordre, la féta, la salade greque, le tatziki, le tarama (grec avec son bon goût de patate), le pastitio (un gratin de macaronis), les keftedès … mais y’a pas à tortiller la bouffe grec c’est gras,
– les villages aux maisons cubiques blanches, le ciel bleu, le soleil.

On repart quand ?

Publicités

Une réflexion sur “nostalgie quand tu nous tiens

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s