5 questions à … Louise Massaux, une grande amoureuse du vin

Parce qu’elle aime le vin comme on aime un homme, parce qu’elle vend du rêve aux femmes avec des soirées alliant dégustations de bons vins et vignerons sexy^^, parce qu’elle est fantastique IRL (c’est elle qui le dit et moi aussi), parce qu’elle sait comment tenir le coup en buvant sans vaciller sur ses stilettos, pour toutes ses raisons et bien d’autres encore, j’ai eu envie d’inviter sur mon blogdel, Louise Massaux, blogueuse experte es-vin.

1. Louise Massaux, qui es-tu ?
Une fille formidable ! Mes amies te diraient que je ramène de formidables bouteilles à l’apéro. L’Homme te dirai que je ramène de formidables bouteilles à table. Hormis cette fantastique qualité, j’ai d’abord longtemps sévi dans le parfum d’ici jusqu’en Asie avant de raccrocher les gants. J’ai ensuite envisagé ma reconversion en partant de ce que j’aimais le plus : bouare. J’ai donc taillé mes crayons et embarqué ma gomme pour retourner sur les bancs d’une chouette Université, celle du vin. J’ai ensuite appris, goûté, sillonné nos terroirs sans ne jamais m’en lasser.

2. Comment est née ta passion du vin ?
J’ai toujours aimé le vin. Maladroitement au début, puis ses parfums m’ont intrigué, ses saveurs aussi. Alors, à tâtons, j’ai goûté les verres ; Bourgogne et ses jolis Pinots Noirs, Beaujolais, Provence, Bordeaux…
Le vin est humain ; parfois rude, parfois violent, mais il peut aussi être suave, doux. A mon sens, il porte en lui une forme de magie. De là, je me suis intéressée à ceux qui les font. Cette synergie de la terre et des hommes que recèle les vins m’impressionne. Il faut tant de savoir et d’expérience à l’homme pour apprivoiser la vigne. J’avoue rester totalement admirative.
Avec le temps, tu t’aperçois que souvent le vin ressemble à son vigneron. J’aime les rencontrer, essayer de comprendre leur rapport à la vigne. C’est toujours des moments passionnants, ils sont en dehors du temps car il est au cœur même du processus de création. Tu peux t’échiner à courir comme tu veux, la vigne se réveillera toujours au printemps et pas avant, elle aura toujours besoin de sa taille, etc…Ils sont vrais, sans masque. Tu ne peux mentir à la vigne, le vin sera donc le reflet de l’homme qui la travaille. C’est ce rapport entre eux qui se lit dans un verre.

3. Tes chroniques vinesques passionnent la blogosphère, comment t’es venue l’idée de Quilles de Filles ?
Le blog est assez récent. J’ai longtemps travaillé pour le grand capital dans le monde du vin et en parler à titre personnel posait soucis. Quilles de filles est né de l’envie de partager le plaisir que j’avais à goûter certains vins et rencontrer des vignerons (et non le contraire). Beaucoup de mes amies me disaient s’y intéresser mais être rebutées par le côté expert de ceux qui en parlent. Je comprenais d’autant que le langage pontifiant de certains truffé de mots complexes est pour moi aussi rapidement aérophage.
Le vin porte en lui le partage et la fête qui sont à l’origine même de sa création, alors en parler comme d’un graal que seuls quelques initiés seraient autorisés à évoquer m’ennuie, pour parler poliment (et je suis une fille polie).
95% des consommateurs de vin sont occasionnels alors pour leur redonner envie parlons-en avec plaisir et bonheur. Laissons à tout à chacun le droit d’aimer ou pas un vin ! Evoquons avec simplicité ce qu’il est sans souler le lecteur et laissons-lui le droit de se faire son opinion! A cet instant de ma diatribe, j’avoue l’envie de sortir banderoles et tee-shirts.

4. La question que tous les twittos se posent : comment fais-tu pour #bouare autant de vin sans jamais t’écrouler ?
Au risque de te déprimer, je suis souvent en dégustation et pour tenir le rythme une seule solution : cracher ! Je crache donc, mais avec distinction bien évidemment ! D’autant que tanguer en public, le talon qui coince dans la moquette fait assez peu recette auprès de nos amis vignerons ! En soirée je profite plus avec des amies. Nous faisons table commune, chacune amène une bouteille et essaye de surprendre les autres. C’est un défi intéressant. Sur ce point, le rapport des hommes et des femmes au vin changent. En effet, le mâle a tendance à choisir une bouteille par plaisir et réfléchi ensuite à ce qu’il mangera dessus. La femme, quant à elle, élabore son menu et choisi le vin en fonction.

5. On boit un verre ensemble, tu me sers quoi ?
Un joli Vouvray d’abord pour faire un peu plus connaître les jolies bulles de Loire. C’est raffiné et féminin (pas forcément sucré, nombre d’hommes restent persuadés que féminin induit sucré. Donc, non !). Après tout dépendra de ton humeur, de tes envies. Une seule solution : fouiller la cave à deux et en profiter pour bitcher un peu les hommes et les nains !

Et si tu cherches 10 bonnes raisons d’ouvrir une bonne bouteille, clique-ici !

Publicités

3 réflexions sur “5 questions à … Louise Massaux, une grande amoureuse du vin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s